Gibraltar

Pourquoi Gibraltar est un territoire britannique?

L’Espagne proteste une nouvelle fois contre la Grande Bretagne à cause de ce bout de roche sur un coin de la Méditerranée. Gibraltar, une péninsule de 6,7 kilomètres carré qui accueille près de 30 000 habitants est un territoire britannique avec lequel l’Espagne a toujours eu des tensions. Cette semaine, une bonne vieille polémique a refait surface accusant les officiers espagnols de renforcer les contrôles à la frontière et de ralentir la circulation. Ainsi le ministre des Affaires Etrangères d’Espagne menace d’imposer un paiement obligatoire au passage à frontière de 50€, de quoi inquiéter les deux côtés de la frontière. Ces mesures sont apparemment en réponse à la décision du gouvernement de Gibraltar voulant installer des barrages imposants avec des pics dans la mer pour repousser les pêcheurs espagnols dont on accuse de braconnage de poisson à Gibraltar.

Comme de bon augure, le gouvernement espagnol a dû laisser de côté la polémique du scandale des fonds d’investissements de partis politiques dans lequel on pourrait révéler l’implication du Président Mariano Rajoy. Un appel téléphonique datant du 7 août  entre Monsieur Rajoy et Monsieur David Cameron, le Premier Ministre de la Grande Bretagne,  a  apparemment ravivé les tensions. Mais pourquoi ont-ils pris pour cible Gibraltar en premier lieu, un territoire britannique situé à plus de 1 000 miles (1 600 km) du sud de Londres ?

Le temps des conquêtes de l’Empire britannique a cessé il y a bien longtemps.  Cependant, la Grande Bretagne a conservé 14 « territoires d’outre-mer » répandus dans le monde du Pacifique au Sud de l’Atlantique.  À l’exception  du territoire britannique dans l’Antarctique,  un petit espace habité par quelques scientifiques et de nombreux pingouins, ils sont miniscules.  Les îles Pitcairn  se situant plus ou moins à mi-chemin entre la Nouvelles Zélande et le Pérou, on y accueille environ 50 personnes. Bermedu, le plus peuplé des Territoires compte quelques 65 000 de résidents. Beaucoup, dont Gibraltar, ont été des terrains d’accueil aux bases de l’Armée Royale. Aujourd’hui, les choses ont bien changé et les britanniques semblent prendre plus part au tourisme et  à la finance offshore.

Gibraltar a été cédée à la Grande Bretagne suite à la Guerre de la Récession Espagnol de 1701-14. À cet époque, on ne savait pas à qui ont devait la céder, par conséquent, les grandes puissances européennes ont donc incité leur propres candidats favoris. La guerre a alors éclaté peu de temps après et en août 1704, les soldats brittaniques, combattants déjà les alliés allemands, ont pris possession de la Rock, comme était appelée Gibraltar. La guerre a continué jusqu’à 1713, lorsque le Traité de Utrecht à désigner Philipe V, petit fils du Roi de France,  comme héritier du trône espagnol. Ainsi, comme prévu, les territoires espagnols ont été répartis entre d’autres pays.  La grande  Bretagne a alors pris possession de Gibraltar,  tout comme l’île Minorque qui s’est vue changer de main à plusieurs reprises avant de retourner entre celles de l’Espagne avec le Traité d’Amiens en 1802.

Gilbraltar est  alors restés sous le contrôle des britanniques malgré les plusieurs tentatives de reprise, dont la prise d’assaut non-résultante menée par l’Espagne qui a duré près  4 ans  jusqu’à 1783. Sous la dictature du Général Fransisco Franco, l’Espagne a fermé toutes ses frontières  avec la péninsule de Gibraltar. Elles ont été complètement réouvertes seulement à partir de l’adhésion de l’Espagne dans l’Union Européenne en 1985.  Seulement des bateaux de pêcheurs  sont présents sur la côte et plus d’autres invasions éventuelles.  Mais l’Espagne continue tout de même à déclarer Gibraltar comme appartenant un territoire qu’il lui appartient. Ceux qui vivent sur la Rock ne sont pas du même avis : les référendums de 1967 et de 2002 ont presqu’à l’unanimité  été favorables au maintien de la souveraineté britannique.  La Grande Bretagne semblerait alors conserver ce côté de la côte méditerranéenne maintenant. Ce serait tout comme l’Espagne : si la Grande Bretagne a réussi à garder possession de Gibraltar, les Catalans, eux, qui ont perdu leur indépendance face à l’Espagne suite au Traité de Utrcht, pourrait prendre en considération ce mode d’attribution.

Share this post

No comments

Add yours